Pétitions

Nous sommes liés à...

Connexion

Pour la DICS :

Helen Füger,

responsable du Service de l'égalité entre femmes et hommes, Université de Fribourg

026 300 70 40

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Voici l'article, quelque peu remanié, écrit par Alejandro Berrios qui a paru dans L'Educateur du 22 mai.

Parmi les nombreuses recettes concoctées dans les cuisines du Département, il en est une des plus épicées : la nouvelle évaluation des enseignants. Qui va déguster ?

On me répondra qu'il n'y a aucune nouveauté, les directeurs doivent déjà nous évaluer. Sauf que cette pratique s'est perdue dans le cahier des charges à rallonge des directeurs et que le Département a décidé d'y remédier. Vous ne le saviez peut-être pas : quatre CO testent un projet pilote depuis un an et demi. Comment serons-nous évalués ? A quel rythme ? Qui sera en charge de l'évaluation ? Selon quels critères et pour quels enjeux ?

Voici dans les grandes lignes le concept prévu. Etape 1 : un entretien d'évaluation sous la forme d'une visite en classe, suivie d'un rapport co-écrit entre évaluateur et évalué. Cette première évaluation est formative ; les aspects positifs sont relevés et des points à améliorer peuvent y être décidés. Etape 2 : une seconde évaluation formative deux ans plus tard, on vérifie que les objectifs ont été atteints et des possibilités de développement personnel sont évoquées. Etape 3 : c'est l'évaluation certificative qui permet d'attribuer une mention à l'enseignant et conditionne la suite de la carrière. Ensuite, le cycle recommence.

Qu'en pense l'AMCOFF ? Après avoir observé attentivement la phase pilote, nous avons apprécié l'accent mis sur le développement personnel de l'enseignant ; nous veillerons à ce que ce principe fondamental ne soit pas dévoyé par une conception parfois étroite de la hiérarchie au sein de nos écoles. D'autres aspects nous ont franchement déplu, par exemple le flou sur la date des visites en classe qui crée un stress inutile. Autre question délicate : qui évalue ? En l'état actuel, nous contestons la compétence des adjoints de direction à évaluer. Comment un adjoint formé pour l'allemand et l'anglais pourrait évaluer un collègue qui enseigne les sciences ? La seule gestion de classe ne suffit pas, nous voulons également une évaluation de la didactique de branche par des évaluateurs qualifiés.

Soyons clairs, nous sommes favorables à une évaluation des enseignants. Mais elle devra envisager l'enseignant comme un professionnel responsable et être pédagogiquement pertinente.